Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Four à pain de Douch

Une inauguration bien à point

Pouvoir cuire son pain dans un four banal… Usage d’hier, rêve d’aujourd’hui… Des usage et rêve devenus réalités depuis le samedi 21 juillet 2012 quand, dans le hameau de Douch, a eu lieu la cuisson inaugurale d’un nouveau four à pain construit tant par la volonté d’une population que par l’opiniâtreté de ses élus et la sueur d’artisans bénévoles…

… Plusieurs dizaines de personnes, habitants, voisins, vacanciers et randonneurs, quelques élus dont Jean-Luc Falip, conseiller général du canton de St Gervais sur Mare, les maires et conseillers municipaux de Castanet-le-Haut, Taussac-La Billière, Cambon-et-Salvergues, etc, les adjoints et conseillers municipaux de Rosis, ont participé à l’événement. Sous un franc soleil et, surtout, dans une ambiance toute de bonne humeur.

Maire de Rosis, Jacques Mendes a déversé lui-même de pleins sacs d’humour sur l’ancienne aire de battage de Douch, sacs dans lesquels chacun et chacune se sont empressés de puiser. Temps de vacances estivales, temps d’une réjouissance unanime liée à la mémoire et au patrimoine. À des usages légués par les siècles, celui de cuire son pain dans un four banal n’étant pas des moindres.

Le four banal, un lieu vital

Grand ordonnateur de l’inauguration, Jacques Mendes a souligné l’importance sociétale du four à pain tout en se répandant en remerciements devant ceux qui souhaitèrent la construction, ceux qui la permirent et ceux qui l’effectuèrent :  » …Jadis, dans les petits villages de la taille de Douch, le four banal était un lieu vital. Cuire le pain et les gâteaux de toute une communauté était sa fonction première. En même temps, il jouait un rôle essentiel de communication, de retrouvailles. Bref, de lieu où l’on cause.

 » L’envie et l’enthousiasme de faire revivre un tel four à Douch ont été le moteur d’une grande volonté villageoise. Et cet aspect des choses n’a pas échappé aux élus de la commune de Rosis qui, soucieux de préserver et de transmettre son patrimoine ainsi que des savoir-faire traditionnels aux générations à venir, s’attachent à restaurer et à valoriser le petit patrimoine architectural de la commune.

 » Aujourd’hui le four à pain de Douch, récemment le moulin de Lafage, l’église Ste Marie de Douch… En construisant un four à pain sur une ancienne aire de battage, la commune de Rosis poursuit donc une démarche réfléchie d’entretien des vestiges de

son Histoire tout en maintenant un lien précieux entre hier et aujourd’hui, celui d’une mémoire concrète et objective.

 » Au pied du plateau du Caroux et au coeur du Parc naturel régional du Haut Languedoc, le four à pain de Douch va contribuer à faire de ce hameau un vrai hameau de caractère. Après la restauration des gîtes communaux, de l’oratoire, du lavoir, de l’église et la création de la « Maison du Mouflon et du Caroux », dans un contexte de développement technologique puisque le réseau Internet haut-débit irrigue maintenant Douch, la téléphonie mobile lui étant ouverte d’ici à la fin de cette année. »

Les remerciements : « Les travaux de construction de ce four banal ont été bénévolement réalisés avec le concours et l’appui des habitants du hameau, sans que la commune de Rosis ne sollicite la moindre subvention ! Je tiens à remercier les conseillers municipaux qui ont soutenu ce projet, ceux qui se sont impliqués dans les travaux. Je pense notamment à René Magnaldi qui en est le concepteur et le principal artisan.

 » Merci aux jeunes de l’équipe du Greta de Bédarieux qui ont entrepris un travail colossal pour que le four puisse être inauguré aujourd’hui. Merci à Jean-Louis Sastre qui a gracieusement mis à disposition une équipe de maçons ayant érigé la moitié de l’édifice. Merci à Fabrice et Patrick, agents municipaux de Rosis, Lucette et Sylvie, secrétaires de la mairie, et à tous ceux qui ont charrié des pierres. Merci à l’entreprise Granier qui a fourni les dalles de gneiss pour la toiture et à Alain, pourvoyeur en pierres. Enfin, merci au Président du Conseil Général de l’Hérault qui, en nous vendant la parcelle sur laquelle se dresse le nouveau four banal, a permis sa construction… »

Le pain de l’amitié campagnarde

Fidèle à sa réputation de collectivité accueillante, la commune de Rosis a invité tous les participants à un buffet campagnard du plus bel effet. Deux fournées d’un pain absolument goûteux, d’une rare qualité, aux goûts et parfums chaleureux ont ajouté aux régals d’une matinée enchantée. On les doit à Christophe Rostalski, jeune boulanger habitant le hameau de Rosis, autre grand officiant de cet inoubliable 21 juillet. Fidèle à lui-même, Jacques Mendes, s’il n’a pu couper un ruban inaugural faute de… ruban, a mis en partition la bonne humeur générale. Jusqu’à plus faim.