Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Quand la mémoire

devient reconnaissance

Le gîte communal de Douch

dédié à René Magnaldi

Quand on est un bâtisseur, un homme bien campé, naviguant sur les flots du bon sens et dévoué à une collectivité communale, si on s’éclipse un jour ce n’est guère discret. Tout un large coin de montagne le remarque et s’en désole.

Sur la commune de Rosis, le départ de René Magnaldi a été constaté le 26 décembre 2017. Le Premier Adjoint au Maire s’en est allé discrètement, irrémédiablement. Un vide pour le Conseil municipal. Une rupture aux allures de séisme répété depuis la disparition de Daniel Bourdon, Deuxième Adjoint au Maire, un an plus tôt, quasiment jour pour jour.

Maire de Rosis, Jacques Mendes tient maintenant la barre d’un navire sans ses lieutenants. Il a toujours apprécié ses deux adjoints qui le lui ont d’ailleurs bien rendu. Aussi, quand René Magnaldi a tiré, à son tour, sa révérence, a-t-il voulu que la mémoire collective communale soit marquée par la perpétuation du souvenir de l’absent.

C’est tout le sujet de la nouvelle appellation du gîte communal de Douch, désormais nommé « gîte communal René Magnaldi ». La reconnaissance d’une population et d’un maire fidèles à la mémoire d’un homme qui a généreusement œuvré pour le bien commun et le développement d’une montagne tant aimée.

Une cérémonie à caractère familial

Samedi 4 août 2018, à Douch en fin d’après-midi, de nombreux membres de l’importante famille de René et de Marie-Noëlle Magnaldi, ont suivi une courte cérémonie présidée par Jacques Mendes, en présence de Max Aliès, maire voisin de Castanet-le-Haut, et du lieutenant Patrick Bonnel, chef de centre des sapeurs-pompiers et du secours en montagne de Combes, d’élus et de membres du personnel communal de Rosis.

photos JMH

Entouré de Jérôme et de Laura, les deux enfants du disparu, en présence de Marie-Noëlle, épouse de René Magnaldi, des membres de leur famille et d’amis, le maire a dévoilé la plaque du « gîte communal René Magnaldi » scellée à l’entrée du bâtiment puis prononcé le discours inaugural, suivi d’une très cordiale et généreuse réception offerte par la mairie, autour de la grande table du four à pain. Extraits de l’intervention de Jacques Mendes :

« … Chacun d’entre nous a connu René à des degrés divers et l’a apprécié pour son pragmatisme, son dévouement et son bon sens. Quoi qu’on en dise etquoi qu’on en pense, je suis le seul à pouvoir exprimer, ici, combien René m’a soutenu dans les moments les plus difficiles de ma fonction de maire. Cet infaillible soutien nous a permis de dépasser ces moments et de trouver ensemble les meilleurs solutions pour la bonne marche de la commune.

 » René avait une âme de bâtisseur. Il était amoureux des vieilles pierres et il a tout fait pour les protéger. Il connaissait toutes les pierres de ce mythique Caroux dont il a escaladé, à titre privé ou public, et avec les sapeurs-pompiers du centre de secours de Combes, toutes les falaises environnantes.

 » Dans ce hameau de Douch qu’il affectionnait tout particulièrement, il a permis, grâce à sa pugnacité, à ses compétences et à ses qualités d’enseignant au sein du Greta de Bédarieux, l’installation d’une chaudière à bois et de toute un ensemble thermique et sanitaire dans le gîte Marcel Cèbe. De ce gîte, il a été l’artisan du début, lors de son acquisition, jusqu’à la fin des derniers travaux. Nous pouvons en être fiers. Pour la petite histoire, c’est à cause ou grâce à Marie-Noëlle et à René que nous avons décidé d’acquérir ce bâtiment convoité par d’autres personnes. Nous venons de finir de régler les annuités d’emprunts et nous enregistrons, depuis sa rénovation, plus de huit cent nuitées par an. L’opération peut être qualifiée d’exemplaire.

 » René s’est indéfectiblement impliqué dans le renouveau du hameau de Douch. Pour le préserver mais aussi pour rendre son environnement esthétiquement agréable à tous. Ses interventions, aussi multiples que variées permettent d’y mieux vivre et de le faire apprécier.

 » La rénovation du lavoir, c’est lui. Le four à pain, c’est lui. Les équipements du gîte Marcel Cèbe avec ses copains du Greta, c’est lui. Les murs et le bassin du moulin de La Fage, c’est lui. C’est lui également qui, bien que malade, a érigé physiquement, avec Fabrice, notre employé communal, la lourde stèle érigée à la mémoire des Médaillés militaires. Cette liste n’est pas exhaustive… Pensons aussi à l’assainissement du hameau, à l’agrandissement du parking, à la piste de Douch…

 » Pour toutes ces raisons, j’ai personnellement tenu à ce que ce gîte communal, inauguré voici près de vingt ans, porte son nom. Au-delà d’une plaque, c’est permettre d’évoquer ce nom lors de l’enregistrement de plus de mille cinq cent réservations par an…

 » Je lui devais bien ça.. Et je suis fier que, grâce à ses implications, son empreinte marque à jamais le hameau de Douch qu’il aimait tant. »